4 janvier 2014

Réflexions sur l'expatriation


Ce doit être pour la fin de l'année, l'heure des bilans, toussa toussa, beaucoup de chiffres me viennent en tête. J'ai 35 ans. Le mois prochain je fêterai mes 5 ans à Buenos Aires, soit déjà plus de temps que j'ai vécu à Paris, la capitale de mon pays. Je réalise qu'en comptant l'année passée à Mexico D.F. et celle à Londres, j'ai vécu et travaillé 7 ans hors de mes frontières, soit exactement le même temps que j'ai été employée en France. J'atteins donc un espèce d'équilibre France/étranger, fifty fifty balle au centre. Et maintenant ?

Vivre ailleurs, loin de ses repères, de sa langue et de ses proches apporte un sens de l'adaptation qui, bien davantage qu'une qualité, devient une façon de vivre. On s'habitue aux nouveaux usages, aux nouvelles lois, c'est la règle du jeu, tant que l'on fait durer l'expérience. On s'y fait sans s'y faire car on vit sur une échelle de temps temporaire, tant que l'expatriation durera. A moins que l'on décide de rester dans le pays choisi, mais ça c'est une autre histoire. L'expatriation fait relativiser et devenir plus tolérant, plus souple. On en perd l'envie de critiquer car, après tout, on n'est pas vraiment chez nous. On sent que l'on a une expérience plus "light" de la vie locale, la politique ne nous touche pas, au contraire on développe toute la candeur nécessaire pour s'émerveiller face aux nouvelles coutumes, aux nouvelles traditions, aux différences. On a envie d'aimer le nouveau pays car on a perdu celui d'origine et on a besoin de se sentir conforté dans notre choix. On vit une double vie, à la fois ici et là-bas, dans le pays d'élection et celui d'origine. On vit dans l'un mais on essaie de rester présent dans l'autre, du moins virtuellement.

Vivre dans une autre langue, lorsque la nouvelle famille créée (mari, femme, amis) ne parle pas celle de Molière, c'est accepter que l'on sera toujours différent avec notre accent, que l'on aura un niveau peut-être très bon mais difficilement parfait. Idem à l'écrit. Parfois on réalise que l'on n'a pas parlé un seul mot de français pendant une semaine, deux semaines. C'est bizarre de délaisser aussi longtemps sa langue. Encore plus étrange est de commencer à utiliser les expressions locales lorsqu'on parle en français. Parce ce que les mots n'ont pas toujours leurs équivalents et que le concept de "buena onda" n'est tout simplement pas traduisible.

Vivre dans une autre culture, a fortiori lorsque celle du pays de destination nous convient, c'est changer d'habitudes et se créer sa propre culture, soit un mix des deux, et tenter de prendre le meilleur de chacune. Je revendique aujourd'hui une bonne dose d'ArgentinAttitude, car je suis admirative des qualités intrinsèques des Argentins. Cependant, même si je bois le maté et dîne à partir de 22h, je reste française : je ne suis pas aussi extravertie, et je me sens beaucoup moins conservatrice.

Etre un étranger, comme son nom l'indique, c'est ne rien piger au début aux impôts, à la santé, aux banques, à la justice, à la location d'un appart. Parfois c'est déjà compliqué pour les locaux, alors pour les étrangers c'est une montagne infranchissable. Si quelqu'un parmi vous s'ennuie dans sa vie je lui propose d'expérimenter la prise de tête de l'étranger : les RDV chez un médecin spécialiste en Angleterre, un procès au Mexique, un divorce ou l'obtention d'un visa de travail aux US, se faire installer internet à Buenos Aires ou louer un appart à Paris.
Etre un étranger, c'est n'avoir qu'une carte de débit et attendre 5 ans pour avoir une carte de crédit (vécu). C'est se rendre souvent, et y passer beaucoup d'heures, au service/bureau de l'immigration, se faire répartir par nationalité (en Argentine, les Européens sont avec les asiatiques et tous les non- Mercosur, c'est rigolo), c'est se faire traiter plus ou moins bien selon la couleur de peau, son pays d'origine ect. Inutile de préciser qu'il vaut mieux être une française en Argentine qu'un malien en France. C'est pleurer quand on nous dit qu'il manque des papiers, beaucoup pleurer (en Argentine ça marche et ça les attendrit, je vous le conseille). C'est fêter l'obtention de son visa, être fier lorsqu'on obtient le fameux papier et le garder, même périmé, en souvenir. Je garde encore précieusement mes cartes de sécu irlandaise et anglaise, et mon FM3 mexicain, comme des reliques.
Etre un étranger c'est être et se sentir plus fragile, et plus seul en cas de coup dur. Chômage, passage à vide, problème de travail, de couple, rupture amoureuse... c'est pas bon, pas bon. Dans ces cas-là, on se dit parfois "qu'est-ce que je fais là " ou "et si je rentrais "?. Pour tous les petits et grands tracas qu'il n'aurait eu pas s'il était resté dans son pays, l'étranger a tout intérêt à s'armer de patience et de beaucoup beaucoup d'énergie.

Je distingue 3 types d'expatriations possibles, je les ai expérimentées toutes les 3, dans cet ordre, et j'en suis arrivé à ces conclusions.

- l'expatriation "j'accompagne"//Degré de difficulté : fastoche
Le/la chérie(e) a un travail qui l'attend et on part dans la valise. On n'a pas forcément choisi la destination. C'est tombé comme ça. On a acheté le Routard Futé du pays en question et on est monté dans l'avion. Cela ne veut pas dire que l'on ne galèrera pas pour obtenir un visa de travail mais si financièrement le salaire du conjoint est convenable, on peut se permettre d'accepter un job même mal payé, voir de se reconvertir et repartir de zéro dans un nouveau domaine, même sans expérience, chose que souvent la France ne nous permet pas de faire. Ou même de ne pas travailler du tout. La sociabilisation peut être lente si on ne parle pas la langue locale. A début on dépend des relations du conjoint pour connaître des gens. L'expatriation sans travailler peut s'avérer être une jolie bulle rose loin des préoccupations de la vie courante ou une source de solitude et d'ennui.

- l'expatriation "je viens pour travailler"// Degré de difficulté : semi-fastoche
On a décroché un job depuis la France. On a choisi sa destination puisque on a cherché le job et postulé en connaissance de cause. Dans ces cas-là on doit se débrouiller dans la langue du pays ou du moins en anglais. On ne s'inquiète pas de savoir si un salaire va tomber à la fin du mois, car on sait qu'il va tomber. Il ne reste plus qu'à prendre des verres avec ses collègues à la sortie du bureau et de voir avec qui on s'entend le mieux. La socialisation va vite. On se sent un touriste chaque week-end et on a une motivation et un intérêt dingue pour tout découvrir. On a la tête libre car les conditions matérielles essentielles sont solutionnées par notre salaire.

- l'expatriation "free-style" ou "je viens voir ce qui se passe" // Degré de difficulté : pas fastoche du tout mais tellement bon putain
C'est celle qui nécessite une bonne paire d'ovaires le plus de courage ou d'inconscience, selon comment on voit la chose. C'est celle aussi qui résulte d'un fort intérêt pour le pays d'élection, d'une passion ou d'un coup de foudre pour la destination choisie. Si on ne parle pas la langue on a tout intérêt à s'y mettre, et vite. Je pense que c'est l'expatriation la plus difficilement imaginable, surtout lorsqu'on a été bien formaté par le modèle étudie#travailletoutdesuiteaprès#cotisepourtaretraitecestimportant. Et il faut reconnaître qu'en France, ce modèle de pensée est bien implanté, beaucoup trop. Les Anglais par exemple sont bien plus ouverts sur le concept de vivre à l'étranger un moment, prendre un congé sabatique ect
Pour l'avoir fait, à 30 ans passés, en quittant un job "sûr" en France, je ne peux que recommander l'expatriation "free-style", parce qu'on s'en balance de perdre 6 mois ou 1 an de cotisation retraite. Il faut le tenter (et ici je dédicace ce paragraphe aux lecteurs qui me racontent qu'ils songent à le faire mais n'en sont pas sûrs). Rien de tel que cette mise à nu, cette prise de risque, ce départ de zéro, pour se connaître et se révéler dans un monde différent. Le seul risque est de rentrer chez papa maman une fois l'expérience terminée. Autant dire, en comparaison de ce que vit le commun des mortels sur cette planète, que le risque est nul.
Que l'aventure dure quelques mois, le temps que les économies permettent de rester, un an, deux ans ou davantage, cette expérience est unique car pour la première fois nous seuls construisons notre vie. Tout est à trouver : un job, une maison, des amis. Rien que ça. Pour l'emploi, une règle d'or, restons humble car personne ne nous attend et surtout dans les capitales qui ont de nombreuses universités. Personne ne nous attend, c'est à nous à faire notre trou. L'emploi que l'on décroche, on sent qu'on l'a obtenu à la tchatche car l'employeur local peut difficilement nous sonder, culture et langue différentes obligent. De toute façon un employeur du bout du monde ne connaîtra pas le nom de notre prépa ou université (hormis la Sorbonne qui fait toujours classe sur le CV), ne saura même pas prononcer leur nom et se contre-fichera des éventuels classements d'écoles siglées (tu sais l'école de commerce que papa-maman t'ont payée pendant 3 ans ou, pire, que tu dois rembourser). Donc Charles-Henri de la Tour, Paris 16, qui sort du lycée Louis Legrand et de Sciences-Pô ou de l'ESSEC ne part pas forcément plus gagnant que Fanny Dumond du lycée Pardailhan d'Auch et de l'université de Toulouse. Et c'est ça qui est bon ;-). On n'aura pas ou très peu de "réseau" et on fera sans piston. L'expatriation a ceci de juste qu'elle remet les compteurs à zéro en quelque sorte, et que le meilleur gagne. C'est l'expatriation donne des ailes et l'envie de tout déchirer, de frapper à toutes les portes. On développe un tel instinct de survie que l'on se sent un peu Britney Spears chantant Womanizer (pour les femmes j'entends).

Déracinement oblige, l'expatrié a des chances de rencontrer des personnes très différentes de celles laissées au pays ou qu'il fréquentait jusqu'alors. Et c'est tant mieux, il a tout intérêt à s'ouvrir aux locaux. Il possèdera aussi certainement un cercle parallèle composé d'autres expatriés qui lui font réaliser que l'on n'est pas le/la seul(e) taré(e) à avoir eu la folle envie de venir voir ce qui se passait par ici.

Par effet de contraste, tous les efforts déployés par un expatrié dans sa nouvelle vie lui fait voir la mère Patrie comme le pays des Bisounours. On a davantage de mal à critiquer la France ensuite, pour peu que l'on ait eu à tester la médecine, les hôpitaux ou le chômage à l'étranger... On réalise, enfin, que l'on a été très très choyé par notre système. Du coup, les éternelles plaintes, grèves et manifs franco-françaises nous semblent parfois déplacées en comparaison de ce que l'on a expérimenté ailleurs.

Les moments vécus dans un nouveau contexte, les rencontres, les voyages effectués depuis notre nouvelle base, les galères et les moments de solitude, tout cela forge et fait grandir. Attention non plus à ne pas prendre le melon et se souvenir que si nous sommes loin, c'est que la santé le permet, c'est qu'éventuellement les autres frères et soeurs sont là pour les parents et nous déculpabilisent un peu, c'est que les planètes se sont alignées(avec notre aide, certes) au moment indiqué pour pouvoir partir.

L'expatriation est un beau paquet cadeau, un Maxi-Kinder avec une surprise à l'intérieur. Nul ne sait ce qu'il contient, il faut l'ouvrir pour savoir et le contenu dépend de qui l'ouvre...
Goût du risque, optimisme, et ouverture d'esprit indispensables. Energie à toute épreuve recommandée. Sensations fortes garanties.

♥ Retrouve le blog Destino Buenos Aires sur la page Facebook - Twitter - Google + - Hello Cotton ♥

Article repris le 20 janvier 2014 dans le Petit Journal, le média des français et francophones à l'étranger
http://www.lepetitjournal.com/expat/s-installer-a-l-etranger/174332-billet-reflexions-sur-l-expatriation 

29 commentaires:

Jenzinha a dit…

Trooooo vrai !!!!! J'adore ta comparaison entre le mec qui sort de Sciences Po à paris et... la gersoise ;-D

ClairéRom a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Romain a dit…

Bonjour Fanny !
C'est quasi acté, en 2014 je prends la 3eme type d'expatriation ! Direction Buenos Aires !
Ton article est stimulant et ca me conforte dans mon projet!
Je t'ai entendu sur Allo La Planète pour la première, j'apprécie ton blog qui me donne un avant gout ! L'excitation est là, elle est palpable ! A bientot par ici !

Fanny Dumond a dit…

Génial Romain. bienvenido en Argentina alors ! Hasta pronto!

Fanny Dumond a dit…

Et oui Jesinha, GERS POWER :-)

Gabriel Andrada a dit…

Te felicito Fanny!
Superbe ton article, tout est vraiment vrai. Moi aussi je suis passé par là, mais dans le sens contraire. Né en Argentine, je suis parti selon le 3eme type d'expat, vécu à Barcelone, Zurich, Marseille, pour finir à Nice, et c'est exactement ça que j'ai vécu tout au long de mon périple, ça nous transforme et nous donne une autre vison de la vie, plus ouverte, cool, relax et les priorités sont ailleurs.
Merci pour ton blog, super "Buena Onda, la gasta, mata mil, super copado" qu'est ce qu'on peut dire de plus. A bientôt!

Fanny Dumond a dit…

Muchisimas gracias Gabriel, encantada que el blog te guste. Espero que mis compatriotas te traten bien y que estes bien en Niza,es una region hermosa.
Y tu francés y tu ortografia son impresionantes! Yo tambien te felicito. Hasta pronto !

Julie a dit…

Fanny,
ça fait un petit moment que je suis ton blog, mais alors là, woaouhhh, tu m'as vraiment faite passer des éclats de rire aux petites larmes au yeux en quelques minutes (surtout ta comparaison avec Britney et son Womanizer.. pour les femmes j'entends... !!) !!!
C'est peut-être aussi parce que je suis en pleine négociation avec mon patron pour tout lâcher vers ici et venir voir ce qui se passe (vraiment en free-style) vers la bas, vers ton "chez toi" actuel...alors évidemment ça parle !!
j'avoue que j'ai quelques fois des moments de doute dans mon cheminement mais des lectures de ce genre ne peuvent que donner du baume au cœur et un bon coup de motivations !!
Merci de nous délecter régulièrement avec tes articles, tes anecdotes, tes vérités, ta manière d'écrire et de décrire ces ambiances qui paraissent tellement vraies...
Merci de nous faire vivre "ton Argentine", continue et au plaisir de te rencontrer !

Fanny Dumond a dit…

Julie,
ça fait un petit moment que je reçois des commentaires, mais alors là, woaouhhh, tu m'as vraiment touchée :-)
Je suis ravie que d'autres personnes tentent l'aventure.
Si je n'ai qu'un conseil à te donner, perfectionne bien ton espagnol avant de venir, ça fait gagner beaucoup de temps.

Je te conseille de regarder ce site où des tas d'infos pratiques sont données http://buenosairesconnect.com/category/pratique/administratif/

Hasta muy pronto en Buenos Aires entonces !

Anonyme a dit…

Tres bien ton emission.Merci de nous faire partager ce pays.Bises tatie

Pierre-François a dit…

Bravo Fanny pour ton post.
Il est effectivement plein d'émotions et de vérités!
Il m'a d'autant plus touché, du fait que ce soit un ami argentin installé en France qui me l'a fait découvrir. Lui aussi connaissant les joies et les difficultés de l'expatriation, sait ce qui m'attend dans la mienne en Argentine.
Hasta pronto en Buenos Aires

Viki Cozzo a dit…

Muy emotivo, querida Fanny. Sos muy generosa en compartir tu valiente experiencia de "expat".

Nos vemos pronto en Buenos Aires! :)

Fanny Dumond a dit…

Merci Pierre François, merci Vikita de mi corazon ! Hasta pronto en la ciudad de la furia !

marion genet a dit…

Très bon article sur l'expatriation, je serai (j'espère)bientôt dans la 3ème catégorie avec un départ prévu courant mars pour Rio, en lisant ton article j'ai déjà envie d'y être!

Rémi a dit…

Je viens de découvrir ton blog et cet article ! Bravo, super, et motivant. J'ai l'habitude de voyager et je suis déjà passé par BA, j'adore, je rêve de pouvoir venir trouver un taf ici mais ca n'a pas l'air facile surtout en ce moment, je suis chef de projet informatique et je parle bien espagnol mais j'ai aucune idée de mes chances de trouver un vrai travail là-bas... Sachant que j'ai aps énormément d'argent de coté j'hésite j'hésite...conseils bienvenus, dans tous les cas bonne continuation et merci !

Fanny Dumond a dit…

super Marion, bienvenida alors !
Rémi si tu as moins de 30 ans renseigne toi sur le Visa Vacance Travail(PVT)http://pvtistes.net/argentine/. Cela facilite déjà le problème du visa. L'informatique est un secteur bien dynamique ici, si tu parles espagnol et anglais en plus cela aide forcément. Je te conseille de regarder cette page qui est très bien faite : http://buenosairesconnect.com/emploi-debrouille-et-libre-entreprise/
Besos y suerte !

Anonyme a dit…

En un mot : MERCI...

Dos Anjos a dit…

Fanny,

J'ai découvert toi et ton blog en parcourant le site internet de La Dépêche du Midi! Non pas que je sois un grand abonné du quotidien régional, mais parce que j'étais en manque de nouvelles de mon sud-ouest natal, à l'heure où, le cul assis sur la plage paradisiaque d'un village de pêcheurs brésiliens, je ressens tous les symptômes si justement décrits (et avec un fin humour!)dans cet article. Le manque de notre bonne vieille France sur laquelle on râlera peut-être un peu moins, une once de découragement ou d'incompréhension, une fascination brûlante pour la terre d'adoption, l'envie obsédante de foie gras ou de fromages (et oui! moi pas gersois mais tarnais! on se comprend voisine ;) ) et j'en passe... Et, au final, ce sentiment de fierté, pas arrogante mais intime, d'être arrivé là, de se compter dans le lot des expats un peu "fous" du n°3.

Merci beaucoup pour ces précieux témoignages et cette belle réalisation littéraire. Je souhaite de tout coeur qu'un éditeur sonne très vite sur ton portable argentin,de bon matin, pour t'offrir un livre! ;)
Au plaisir de te rencontrer sur le continent,
www.paracurudosanjos.blogspot.fr

Fanny Dumond a dit…

Hola Gabriel, quel beau message ! J'ai regardé ta posada, c'est génial, j'ai vu que c'est du côté de Fortaleza, j'ai bien noté pour un prochain voyage. Moi aussi j'ai ce rêve un peu "fou" de recevoir des voyageurs dans un petit hôtel quelque part sur la planète, au bord d'une plage. Alors je ne peux que te féliciter. Tu es un bel exemple de nº3 foufou freestyle :-)Et si tu viens vers BA, fais signe ! beijo

Dos Anjos a dit…

J'y pense effectivement à découvrir Buenos Aires. Je te ferai bien sûr signe! ;) Gardons contact: paracurudosanjos@gmail.com

Beijos.
Gabriel

Laurence Cristofoli a dit…

Je viens de découvrir ton blog et, moi aussi, comme d'autres lecteurs, je suis touchée par la justesse de tes mots.
Je voudrais juste dire à tous ceux qui ont peur de partir, qui ont peur de prendre des risques, qui se disent et si ça ne marche pas... que pour moi,après 6 mois passés à voyager en Argentine, de retour en France, je ne me suis jamais aussi bien sentie car je me sens riche de "l'avoir fait!".
Oser ses rêves est le plus beau cadeau que l'on peut se faire et comme dit si bien Fanny, on est français, on ne prend pas de trop grands risques, on peut toujours revenir chez nos parents pour ceux qui les ont et quand on voit ce qui se passe ailleurs et comment les gens vivent, ça fait réfléchir...
Bonne expatriation à tous ceux qui ont envie de partir!!!

Fanny Dumond a dit…

Merci Laurence pour ton commentaire et ton témoignage !

Laurence Cristofoli a dit…

Et en plus, vivre dans un pays ou l on peut rencontrer Ricardo, il faudrait etre folle pour ne pas y aller!!!
Depuis que j ai vu ta photo, j ai encore plus envie qu avant, d y retourner... veinarde! Je suis hyper jalouse.

Laurence Cristofoli a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Fanny Dumond a dit…

ça c'est sûr que ma photo de Darin a fait beaucoup de jalouses ! Je pense l'encadrer dans ma chambre !

eric a dit…

Bel article !
Pour moi c'était 1) (fastoche donc)
En Islande :)
http://www.vivreenislande.fr/2008/09/soliloque.html

Anonyme a dit…

Bonsoir Fanny,
On dirait que ton article a été écrit pour moi (et tout les autres lecteurs ^^) tellement je me retrouve dans tes mots (notamment concernant les doutes avant de se lancer dans cette belle aventure, la culpabilité vis à vis des parents,...). Peux-tu m'expliquer brièvement ton parcours stp? Tu dois que tu travaillais avant de partir et que tu as quitté ton travail, c'est ce que je vais devoir faire si je me lance. Qu'as tu étudié? As-tu trouvé rapidement du travail et si oui quel travail au départ? Je souhaiterais être prof de français pour les étrangers (je viens de valider ma licence de FLE cette année en parallèle de mon travail? Sais-tu si cela est recherché à BA?
Enfin dernière question et j'arrête e t'embêter; qu'en est-il des cotisations retraite si l'on reviens en France? Tu parles d'une première année perdue, pourquoi, parce que tu n'as pas travaillé?
Je te remercie et désolée pour toutes ces questions.
Marie

Fanny Dumond DestinoBuenosAires a dit…

Bonjour Marie envoie moi un mail a fannydumond @ hotmail.com !

Laetitia - French Fries and Apple Pie a dit…

J'ai adoré ton article, très bien écrit et très complet!
Moi je me situe dans la catégorie d'expat "Cheri a une opporunité, je le pousse à fond, j'ai trop envie d'aller vivre aux USA"...
Et je ne regrette pas mon choix... Chéri est pas super emballé, bien qu'ayant déjà vécu aux USA avant, donc on verra bien si on reste ou pas... Mais pour l'instant on profite à fond!!