15 avril 2012

Buenos Aires by night



Une des choses qui m'a le plus marquée dès mon premier séjour à Buenos Aires fut la vie nocturne. Et j'insiste sur la "vie" car c'est bien ainsi que je l'ai ressentie. J'ai été plus d'une fois été déçue et frustrée de la nuit à Paris, de ses codes, de ses horaires rigides, de ses prix, des transports inexistants (c'était avant l'ère du Velib), des taxis rarissimes, de ses mastodontes à l'entrée des boîtes ou bars de nuits qui ont le droit de refuser l'entrée parce qu'il n'y a pas assez de filles dans le groupe, parce que l'un n'a pas les chaussures/la gueule qu'il faut, des "vous êtes sur la liste ?" est ect. La nuit à Paris peut être tellement décevante pour qui n'est pas copain du patron/videur/gérant et qui surtout n'a pas beaucoup d'argent à dépenser.
Buenos Aires est à 15 000 km kilométres de la nuit parienne, c'est le cas de le dire. Le plus surprenant est sa diversité et l'existence de cette nuit parallèle, hors du circuit commercial.

Prenons l'exemple d'un vendredi soir "type" à Buenos Aires. Tu arrives chez toi vers les 19h. Tu ne sais pas ce que tu vas faire ce soir. C'est normal, ici on décide au dernier moment. Tu auras peut-être une invitation à un anniversaire, reçue seulement le lundi ou mardi, voire la veille. Ici le concept de plannification prend en général son sens à partir de J-2, voire J-1, voire n'existe pas du tout. Si tu as une invitation à plus d'une semaine, c'est souvent la soirée d'un étranger.
Il est donc vers les 20h /21h lorsque
- tu mates un film / la télé
- tu vas faire du sport, va courir, va au gymnasium (ca pullule dans la ville et j'en ai 3 dans un rayon de 500 m)
- tu fais une sieste "previa", c'est à dire que tu prends des forces pour ce qui va suivre. Ceux qui liront jusqu'a la fin comprendront pourquoi.

A 22h tu as finis ta sieste/jogging/film, tu penses à manger / "comer"
- tu commences à cuisiner
- tu dînes au restaurant. Dans ce cas tu auras certainement arrangé un rendez-vous avec tes potes "vers les 22h/22h30". Comprendre si le dernier arrive à 23h, c'est bon aussi, "esta todo bien". Tu mangeras alors de la viande, des pizza, des empanadas, pâtes/raviolis ou alors des pizzas, pâtes/raviolis, des empanadas ou de la viande, capito ? Rarement des sushis, et ça sera certainement une soirée fille dans ce cas. On oublie le réflexe manger dans un resto indien, thai, chinois, arabe.... Ils existent mais ils sont très peu nombreux, putôt chers et fréquentés par une minorité d'argentins, par une clientèle étrangère ou touriste. Le plus original sera à tout casser la cuisine orientale dans un restaurant arménien. Mais à 80% tu mangeras de la viande, donc du boeuf (anecdote rigolote, ici on te demande si tu veux du poulet ou de la viande. Comprendre le poulet c'est sympa mais pas assez pour mériter le nom sacré de viande / "carne"). Bref dans le resto de base tu mangeras du boeuf grillé et tu ne t'en plaindras pas. Comme accompagnement tu auras des frites /"papas fritas" ou salade/"ensalada mixta". Comprendre laitue, tomates, oignons, dans l'ordre que tu veux. Si tu as de la chance des oeufs durs et des carottes. Des légumes ? Non ici c'est pas trop le style de la maison.
Tu sais qu'il n'y a pas de problème dans tous les cas pour manger jusqu'à minuit, voire 1h du mat. Tu prends pour acquis qu'on t'accueillera avec un grand sourire quelque soit l'heure et tu auras raison parce que c'est comme ça qu'on te recevra. La gueule de 3 km de long / "cara de orto" du restaurateur français qui te voit arriver à 22h n'existe pas. Les tables sont espacées, le concept parisien d'entendre les conversations des voisins n'existe pas, sauf peut-être parce qu'ils parlent fort mais vu que toi aussi c'est pas un problème.
- Tu invites chez toi. A savoir Buenos Aires est la capitale mondiale du "delivery", de la livraison à domicile. Jusqu'à 1h00 du mat tu peux te faire livrer facilement chez toi les plats précédemment cités, de la glace, des clopes, des boissons. Jusqu'à 23h/minuit des DVD, et même le Mac Donald. Ou tu organises un asado, donc un barcebue, avec devinez quoi ? Viande, poulet, parfois des abats. Il est courant alors de diviser la note à la fin du repas si tu as acheté de la viande, car tu peux facilement être 10 personnes invitées, ou 15. Pour les petits budgets on commande des empanadas à la viande, jambon fromage ou poulet, mais certainement à la viande.
- Tu invites ou es invité dans un ZUM. Le SUM est quelque chose que j'ai découvert ici. Ce sont les immeubles modernes et chers de la ville qui ont une salle commune, souvent au dernier étage, avec une terrasse et une parilla /barbecue en dur intégré dans la salle, une grande table et des chaises. Les habitants de l'immeuble peuvent ainsi recevoir des amis et organiser des asados, activité essentielle au bien-être de tout Argentin qui se respecte. Ca se réserve à l'avance auprès concierge de l'immeuble. Ce que je trouve extraordinaire est que ces salles sont souvent très grandes, parfois elles prennent la place d'un demi-appartement mais les promoteurs immobiliers les intègrent dans leur plan comme un élément normal. Si on ne peut plus faire un asado chez soi parce qu'on habite en ville où va-t-on ?
- Tu dînes parfois dans des restaurants "a puertas cerradas", à portes fermées donc. C'est la mode, les Argentins adorent ce qui peut paraître clandestin, caché, connu de peu et par le bouche à oreille. Et comme ils n'aiment pas non plus payer beaucoup d'impôts, c'est facile, on fait des restaurants chez soi et si c'est bon ça se remplit très vite.

Tu finis de dîner donc entre 23h30/minuit/1h00. Là tu sais comment la soirée continue, ou pas. Si tu n'as pas de plan défini, et c'est souvent le cas, tu appelles sans problème tes copains pour savoir ce qu'ils font ce soir, "en que andan". Oui oui, il peut être 1h du mat un vendredi ou un samedi, "esta todo bien".

Du coup si tu n'as pas eu de plan en première partie de soirée, c'est parfois trop long et bien pénible d'attendre minuit/1h avant de sortir de chez toi. Le coup classique est que tu t'endors chez toi à force d'attendre et ne te relève plus avant de lendemain (vécu).

A minuit l'hyme national résonne sur toutes les radios.



A minuit/1h00 tu vas donc aller prendre un verre. Les gens commencent à arriver. La soirée commence véritablement à partir d'1h je dirais. Tu attendras volontairement cet horaire avant de te rendre à une fiesta chez quelqu'un car tu sais qu'avant il n'y a personne. La plupart des soirées organisées et promues sur des flyer indiquent toujours "à partir de minuit". Comprendre si tu te pointes à minuit tu es un gros naze. A 1h c'est normal. 2h c'est nickel, t'as tout bon. L'offre de bars cafés avec terrasse est immense.

Tu iras à un concert/"recital" dans un bar ou "centro cultural" comme ils l'appellent, qui a de "cultural" qu'ils organisent des concerts, mais ce sont surtout des bars à concert. Ils ferment vers les 5h ou 6h ou plus. Tu peux parfois payer un droit d'entrée, genre 20 pesos (le prix de 2 coca-colas) ou tu rentres gratuitement. Le prix des boissons est raisonnable.

Tu iras quelques fois à un "salon de fiesta", ces lieux qui se louent pour des événements . Il y en a dans toute la ville et tous les quartiers. Ca se loue avec parfois DJ et serveurs intégrés pour des anniversaires, événements familiaux...Tu rentres sur liste et tu connais forcément l'organisateur de la soirée.

Ou tu iras dans ces lieux que je ne saurai nommer mais qui sont tout sauf "déclarés" et ici vient le charme de Buenos Aires. Tu connais facilement ou as entendu parler, toi ou tes potes, de la maison d'untel "reconvertie" en lieu de concert/bar/restaurant (empanadas ou pizzas), avec une terrasse, un patio. Ici l'espace n'est pas un problème, c'est l'avantage des villes "jeunes" et qui n'ont pas été construites depuis 4 siècles. Les Argentins adorent reconvertir des lieux quelconques en lieu de nuit. On est à mi-chemin entre le petit business pour s'arrondir les fins de mois et la soirée entre amis à la maison. L'un n'empêche pas l'autre disons et tout le monde y trouve son compte. C'est surtout aussi l'envie d'organiser un événement sans dépendre de la programation culturelle, musicale ou théâtrale des lieux commerciaux.  Ici aussi tu paieras 20 pesos max ou rien du tout. Tu as évidemment un bar qui te sert les boissons de base, éventuellement on te vend quelques empanadas. Tu peux avoir un DJ toute la nuit. Ou c'est plus varié et se succèdent des groupes de rock, de tango, un spectacle de stand-up humouristique. Entre chaque représentation un clown peut être amené a assurer l'animation et amuser la galerie. Buenos Aires a une très forte culture du clown / "pallaso", d'écoles de clowns ect. A tout les coups il y a une expo de photos, de peinture du cousin, de l'ami d'ami. On s'invite par Facebook, par connaissance, mais aucun de ces lieux n'est officiel, ne paie d'impôts, n'a la licence pour vendre de l'alcool, cela va s'en dire, ni n'est habilité par quelconque administration. Tu dois connaître l'adresse, et sonner. Tu rentreras même si personne ne te connaît. Le prix des boissons ou des empanadas est le même que celui d'un bar normal en journée. Si c'est une grosse fiesta une personne est embauchée pour la "sécurité" mais c'est en fait pour s'assurer que personne ne fait de bruit à la sortie et donc ne pas attirer l'attention des voisins et des flics. Il n'y a pas d'horaire de fermeture, ça finit quand la dernière personne part. La recette du bar est partagée par le propriétaire des lieux, l'organisateur de la soirée et ses potes qui sont venus l'aider. Cette offre comble tous les goûts et les porte-monnaie.

Tu veux aller danser ? A 2h commencent la queue pour rentrer en boîte, et ce jusqu'à 4h. 2h30/3h est la bonne heure pour rentrer. Tu rentreras toujours, même si tu n'es qu'un groupe de mecs, même si tu n'as pas le look à la dernière page. J'ai entendu parler seulement de 2 boîtes dans tout Buenos Aires avec un "physio" qui décide de te faire rentrer ou pas. Oui certaines ont des colosses à l'entrée mais qui s'en tiennent à la sécurité et pas au contrôle de faciès ou de tes chaussures. Ou tu iras dans ces bars dansants dont certains sont gratuits ou moins chers que les boîtes. Les uns comme les autres ferment à l'aube ou encore un peu plus tard. Tu passeras devant les discothèques /"boliches" de Palermo et trouveras normal que 50 personnes soient agglutinées devant l'antrée à 3.30 du matin. A 7h ou plus les gens rentrent chex eux.
A savoir que les boîtes, mis à part les boîtes électro les tubes internationaux classiques, du rock argentin et surout de la musique latino sud-américaine, reggaeton, cumbia et compagnie et 2/3 tubes brésiliens en fin de soirée. Elle ne passent aucunement les musiques actuelles alnlo-saxonnes que l'on écouteraient en France. Dans mon cas cela fait 3 ans que je n'ai aucune idée de ce qui se fait en Europe mis a part les 3 dernières chansons de David Guetta, un peu la honte :-(
Ici les gens dansent, hommes comme femmes, les hommes ne sont pas cloués au bar comme chez nous.

Les boissons proposés de base sont : coca, bière, fernet coca cola. Le fernet cola est LA boisson indispensable à la nuit argentine. Dans les boîtes et bars plus évolués on sert les autres alcools les cocktails classiques

Tu veux acheter des cigarettes ? Pas de problème tu trouveras un "kiosco" ouvert toute la nuit, à 500 m maximum de là où tu es.

Tu veux te déplacer ? des centaines de lignes de bus fonctionnent 24h24 et quadrillent la ville. Coût du bus et du métro : 1.25 pesos par trajet, soit 20 centimes d'euros grâce à l'Etat argentin et la ville de Buenos Aires qui suvbventionne les transports. Les bus sont pris par tout le monde est est à moitié plein toute la nuit. Tu ne te sens aucunement en danger.
Tu veux prendre un taxi ? Dans les rues ou avenues passantes le temps d'attente est d'une minute au grand max, 24h24, et les prix en proportion sont une blague en comparaison de Paris, Londres... Tu t'habitueras au trafic, klaxons et aux embouteillages à 4h du matin sur l'avenue Corrientes ou Cordoba, ou dans les rues de Palermo. Comme tu peux te déplacer très facilement dans la ville et que tu peux rentrer dans beaucoup d'endroits sans payer, tu pourras aller dans 2 ou 3 lieux aisément dans la même soirée. Tu quittes sans peine un endroit puisque tu as d'autres alternatives gratuites ou pas chères si tu veux. Du coups les gens se mélangent et chaque lieu brasse des publics différents .

Le samedi matin à l'aube, vers les 06h/7h, quand tu rentres chez toi tu t'endors fatigué forcément mais content/e.Les nuits de Buenos Aires ont ce goût de liberté unique et tu penses en t'endormant que, comme le dit un dicton célèbre ici, "en Europa no se consigue".
Dans mon cas personnel j'ai pas pu dormir ce matin avant de raconter tout ça. Maintenant il est 7h, Buenos Aires s'éveille et il est temps d'aller dormir !

♥ Retrouve le blog Destino Buenos Aires sur la page Facebook - Twitter - Google + - Hello Cotton ♥

11 commentaires:

Anonyme a dit…

me gusto ...tu blog. jajaj. te cuento que la frase.."En Europa, no se consigue" viene de un comercial de la la decada del 70. donde un jugador de futbol.hacia referencia a un botin(zapato de futbol).y ahi decia la frase tan popular."En Europa,no se consigue"espero que te gusto". gustavo.

Fanny a dit…

hola gustavo, si sabia, me contaron ! muy buena frase de verdad !

Gabacho cualquiera a dit…

Joli texte avec un rythme palpitant typiquement argentin! J´ai presque pas repris ma respiration durant tout le post!
Ça donne envie de venir! Pour moi c´est pour bientôt! ;)

mariluli a dit…

wow, excelente artículo, como argentina te lo digo! se lo voy a pasar a mis amigos franceses que no se imaginan por qué tenemos esos horarios! suerte!(vivo en Francia!)

Juanito a dit…

Super bon! Moi je suis argentin a la base, mais je habite Lyon en ce moment, et 3 ans dans ton pays... Je vais lui faire tourner aux francais d'ici pour mieux arriver a ma comprendre! :) BRAVO!

Diego Ledesma a dit…

trop bien ! Continu à écrire stp !

Diego Ledesma a dit…

Excellent ! continu à écrire stp !

Fanny a dit…

Merci ça fait très plaisir ! Contente que les Argentins partagent ma vision de la ville. Besos

StrategicalBlog a dit…

Ca à vraiment l'air sympa l'Argentine ^^

Moi je suis à Taiwan, il y a des avantages, mais pour les soirées, pour l'instant c'est plutôt décevant... :p

comète a dit…

BA est mon prochain voyage au début de 2014. À lire tes commentaires, tu me donnes le goût encore plus. Du froid de mon Québec à la chaleur argentine...whoah!
Continue à nous faire rêver.

Fanny Dumond a dit…

@comète, génial tu vas pouvoir vivre Buenos Aires by night en vrai, oui ça va te réchauffer venant du Canada !

@StrategicalBlog il va falloir que tu fasses comme comète et venir par ici, tu ne vas pas être déçu !